Analyse

Libertalia - Les vents de Galecrest

Publié le 29/04/2022 07:00

Voilà un jeu qui n'aurait jamais vu le jour sans la pandémie en cours. Revenons deux ans en arrière, la Terre entière est confinée et engendre l'émergence de phénomènes tels que le désormais célèbre BoardGameArena. Jamey Stegmaier (Scythe, Viticulture, Red Rising...) fait partie de ses nouveaux habitués et lance parties après parties des sessions de Libertalia. Il y prend goût au point de partager son enthousiasme sur les réseaux sociaux et de se voir formuler, par l'un de ses followers, l'hypothèse d'une réédition à son compte. L'idée finit par germer et s'installer durablement dans l'esprit de l'américain, qui prend finalement contact avec son auteur (Paolo Mori) afin de plancher ensemble sur une version retravaillée sous toutes ses coutures. C'est ainsi qu'aujourd'hui arrive cette édition enrichie et améliorée, désormais baptisée Libertalia - Les vents de Galecrest. Fort heureusement rien n'a été chamboulé au passage, le cœur du jeu reste identique, mais le contenu de la boite a gagné en solidité. Un mode solo, du 1 vs 1 revisité, un nouveau système de départage élégant ainsi que la création de nouvelles cartes venant gonfler l'étendue des possibilités. Voilà en résumé l'ambition du Libertalia de Stonemaier Games. Dans les quelques lignes qui suivent je vous invite à voir ensemble le fonctionnement atypique de ce jeu, avant d'évoquer les détails de ce qui pourrait vous aider à vous positionner.




Comment ça marche ?

Sur une partie complète de Libertalia vous aurez trois voyages à réaliser, composés chacun de quatre à six jours de navigation. Votre objectif ? Devenir le plus riche, en recrutant pour cela un équipage qui saura vous aider à nourrir cette ambition. Au début de chaque voyage, on établit une sélection aléatoire de 6 personnages. Celle-ci détermine une composition que chacun des joueurs doit respecter pour constituer des mains de départ identiques, mettant ainsi tout le monde dans les mêmes dispositions. Puis à chaque tour chacun doit simultanément envoyer l'un de ses personnages sur le plateau commun (l'île) avant que l'on en vienne à les y ordonner par niveaux croissants (affichés en haut à gauche de chaque carte). A cet instant, en suivant le sens de lecture de gauche à droite, chaque joueur bénéficiant d'un effet de journée 🌞 se voit l'opportunité de déclencher ce pouvoir associé au personnage qu'il a choisi.

Il est à noter qu'un système de réputation a été ajouté sur cette nouvelle version de Libertalia, ordonnant les joueurs selon leurs bienfaits ou méfaits accomplis et servant de base pour départager les égalités lorsque que plusieurs joueurs ont choisi d'envoyer le même personnage. C'est malin, élégant et enrichit la profondeur de vos réflexions.


Etape 1 - Envoyer un personnage sur l'île et déclencher les effets de journée 🌞  de chaque joueur de gauche à droite. Dans cet exemple, le joueur bleu n'en dispose pas, c'est donc le joueur vert qui effectuera son effet en premier.

Puis en fin de tour, lors du crépuscule, chaque joueur pourra s'emparer d'un butin en ordre inverse et donc en commençant par le joueur positionné le plus à droite (ici le joueur noir). Ces butins sont de natures variées. Il existe une grosse récompense (les coffres de 5 pièces), tout un tas d'éléments aux rétributions plus modérées (amulettes, cartes, tonneaux, crochets), des effets néfastes pour vos adversaires (les sabres qui éliminent d'autres personnages) ou pour vous-même (les reliques de la mort qui vous font perdre 3 pièces). Tout ça est récapitulé sur le plateau et modulable d'une partie à une autre. Une fois le butin récupéré, votre personnage peut alors s'installer sur votre bateau pour le restant de la manche. Il est à noter que quelques personnages ont également des effets qui se déclenchent au crépuscule, mais ceux-ci sont plus marginaux.


Etape 2 - Repartir avec un butin, en commençant par le personnage le plus à droite. 

S'en suit alors une phase de nuit durant laquelle chaque personnage positionné sur votre bateau et doté d'une  capacité nocturne 🌘pourra déclencher cette dernière. Celle-ci se résout chaque nuit, donc potentiellement plusieurs fois au cours d'un voyage (contrairement aux effets de journée qui s'appliquent uniquement chez les personnages mobilisés sur l'île pour le tour en cours).

Effectuons une simulation.

Est-ce que cela vous semble encore un peu obscur ? Puisqu’un cas concret vaut parfois mieux qu’un long discours, je vous propose d’analyser ensemble une situation aléatoire afin d'essayer de mettre des mots sur les sensations de jeu offertes par Libertalia. Dites vous tout de suite que vous ne la rencontrerez jamais dans vos parties. Les chances qu’un tirage aléatoire de 6 cartes parmi 40 se reproduise étant tellement infimes qu’il est bien plus simple de les considérer inexistantes. Et il en sera de même pour chacune de vos parties, ouvrant de nouvelles perspectives chaque fois que le jeu atterrira sur votre table. Malgré tout, l’exercice de lecture que vous aurez à effectuer se reposera systématiquement sur les mêmes considérations. Il vous faudra ainsi estimer la pertinence des synergies et mesurer le tempo de vos choix. Et pour mieux le visualiser, voici donc ci-dessous une situation comme une autre. Cela va nous permettre d'analyser un exemple ensemble et d'apprécier l'exercice stratégique et psychologique offert par le jeu. Considérons donc que les butins ont été répartis conformément à la photo située plus haut et que la première manche débute avec ce tirage de cartes pour chaque joueur :


Et voici ce que vous pourriez être alors amenés à penser dans pareille situation en épluchant votre main :

- Le Mendiant. Avec son niveau le plus bas, il viendra le plus souvent se servir en dernier en repartant de l’île. Par conséquent vous avez tout intérêt à le mobiliser lors d’une journée pour laquelle vous ne voyez pas de grosses différences d’attrait entre les butins mis à disposition. En considérant la répartition de butins illustrée un peu plus haut il serait éventuellement tentant de le solliciter dès le jour 1 puisque celui-ci ne présente ni coffre, ni relique.

- Le Garçon de cabine. Lui demande d’être le plus à gauche pour gagner des doublons en journée. Il faudra donc déterminer le jour qui présente le moins de risque d’y voir un mendiant surgir. Sinon c’est raté. Autre élément de réflexion intéressant, le fait qu’il ne reparte avec aucun butin lors du crépuscule. A réserver pour les journées disposant de reliques afin d'y échapper à coup sûr ? Dans notre exemple il semble tout disposé pour qu'on puisse venir faire appel à lui au jour 4.

- Le Charpentier. Celui-ci perd la moitié de vos doublons sur la journée où il sera mobilisé. Fort heureusement il en rapporte une dizaine en fin de voyage si celui-ci est bien présent sur votre bateau. Jaugez bien ses risques de survie si vous misez sur lui. S'il se prend un sabre c'est la catastrophe. Et évitez de le jouer après avoir exploité vos mendiant et garçon de cabine, vous perdriez alors une bonne partie de leurs apports respectifs. Ne serait-ce finalement pas lui que vous auriez envie de mobiliser dès le jour 1 ? 

- L'Officière. Si vous avez moins de 12 doublons, elle vous en rapporte le complément. La parfaite alliée du charpentier ? Dans ce cas précis il semble bien que oui puisque cela annulerait tout bonnement les pertes que ce dernier vous aurait occasionnées lors de sa propre journée d'action. A jouer en second rideau donc. 

- Le Mutin. Avec son effet nocturne, celui-ci agira à la fin de chaque tour à partir du moment où il aura réussi à rejoindre le bateau. Il peut alors rapporter 2 doublons à chaque fois, mais vous voudrez impérativement que son effet cible votre Mendiant ou votre Garçon de cabine, puisque ceux-là n’apportent plus rien en fin de voyage. Attention toutefois à ne pas le combiner de près avoir votre charpentier, les 10 doublons qui vous étaient alors promis vous passeraient tout simplement sous le nez.

- Le Gouverneur. C’est le plus fort, celui qui doit vous permettre de vous servir en butin en premier lorsqu’il est mobilisé. Attention toutefois, il sacrifie au passage l’ensemble de votre équipe installée dans le bateau. Vous seriez alors à nouveau bien embêté d’y perdre votre Charpentier, voire même votre Mutin.

Les dilemmes peuvent donc être nombreux, le tempo crucial, mais ce dernier se dessine aussi bien en terme de synergies à développer, qu’à la lumière de la distribution des butins sur l’île. Parfois vos plans seront limpides, et parfois il faudra vous montrer créatifs. Et surtout, vos adversaires risquent fort bien d'en arriver aux mêmes conclusions que vous, ce qui pourrait vous inciter sérieusement à revoir vos options.

A noter que la première manche s'effectuant en 4 journées, il vous restera 2 personnages en main que vous conserverez et auxquels viendront s'ajouter une nouvelle sélection de 6 personnages aléatoires afin de démarrer la deuxième manche (celle-ci dure 5 journées et la dernière 6 journées). Vous allez donc décider qui restera dans votre main pour les manches suivantes, créant ainsi progressivement une asymétrie avec vos adversaires qui auront pu effectuer des choix différents. Et croyez-moi, c'est loin d'être un détail. Voilà de quoi rompre les maigres certitudes de vos voisins et venir réaliser quelques coups d'éclats bien sentis. 



A qui cela pourrait ne pas plaire ?


Ceux qui jouent essentiellement en couple. Même si l'ajout d'un mode un contre un, ainsi qu'un mode solo, sont à mettre au crédit de cette nouvelle édition de Libertalia, il reste malgré tout assez clair que le fonctionnement même du jeu a été pensé pour de plus larges tablées. Et comme bien des jeux de cet acabit, l'ajout de joueurs fait redescendre le contrôle que chacun aura sur le déroulé de la partie mais cela renforce irrémédiablement aussi le côté chaotique et la ferveur qui pourrait s'installer. On ne vous dit pas d'éviter d'y jouer à deux, mais il faut savoir que cela vous mettra face à une version très calculatoire du jeu. A vous de voir où se positionne votre curseur, il ne sera d'ailleurs probablement pas rare de lire des avis contraires quant à la configuration idéale de cette réédition.

Ceux qui n'aiment pas les coups du sort. Entre l'incertitude des choix de chacun, la découverte de l'ordre de résolution des différents effets déclenchés, l'avenir incertain quant aux sélections aléatoires des manches à venir, vous serez régulièrement confronté à des événements que vous n'aviez pas prévus. Libertalia est certes un jeu de stratégie, mais il est aussi un jeu d'ambiance. C'est une créature hybride assez peu commune, potentiellement clivante. Ça chahute, on y expérimente bien des fois le "tel est pris qui croyait prendre", on chavire sous les rires de nos adversaires avant de planifier notre futur instant de revanche. Libertalia est un jeu vivant, taillé pour ceux qui veulent des tables animées et acceptent volontiers de se faire bousculer par des choix parfois imprévisibles.

Ceux qui n'aiment vraiment pas les attaques directes. Commençons par dire qu'il existe 3 personnages sur les 40 du jeu qui offrent l'opportunité d'adresser des attaques nominatives. Il est donc tout à fait possible de les exclure du paquet en début de partie si vous n'êtes pas du genre à apprécier ce genre d'interaction entre joueurs. Cependant vous n'échapperez pas aux sabres, ceux-là représentent une menace du genre qu'il vous sera difficile de contourner. Méfiance donc si vous n'aimez pas ce genre de sensations, même s'il est donc possible de les édulcorer.


Pour qui et comment en profiter ? 


Jouez en simultané. Si vous n'aimez pas les temps d'attente, vous serez servis. La phase de décision s'effectuant en simultané, vous serez simplement tributaire du temps de réflexion le plus long parmi ceux de vos convives. En matière de moments creux c'est donc tout à fait raisonnable et permet de bien resté impliqué dans la partie à chaque instant. Si vous y êtes sensibles, vous apprécierez.

Sautez sur l'occasion d'une configuration à 5-6 joueurs. Vous avez du monde chez vous et une envie de sortir un jeu de stratégie. Dès que le nombre de convives dépasse les 4 joueurs, beaucoup de jeux deviennent rapidement inenvisageables. Mais pas Libertalia, bien au contraire. Le jeu en simultané va vous permettre de ne pas vous exposer à une rallonge du temps de partie, et le système de répartition des personnages par ordre croissant colle parfaitement avec les larges tablées. Une aubaine pour sortir votre boite. Attention toutefois, si vous trouvez le dosage du chaos un peu trop fort dans ces conditions, redescendez à 4 joueurs, configuration dans laquelle il est davantage probable que le jeu convienne véritablement à tout le monde.

Savourez les coups d'éclat. Savoir lire dans l'esprit de vos adversaires, mais aussi savoir se démarquer malgré des mains de départ totalement identiques, voilà ce qui détermine le résultat d'une partie de Libertalia. Si celui-ci se nourrit des incertitudes multiples, il permet parfois de se libérer du hasard lors de moments cruciaux. Il dégage donc un vrai sentiment d'avoir su se montrer plus malin que les autres lorsque la victoire vous tend les bras. Et un potentiel à créer des moments forts. Si vous vous sentez l'âme d'un roublard, vous serez ici dans votre élément. 

Des combos qui se renouvellent. Le jeu sert véritablement la soupe aux amateurs de combinaisons malines. Une cuillerée d'évidence par-ci, une autre de créativité par-là, il y en a pour tous les goûts. Les plus savoureuses étant parfois celles qui s'offrent à ceux qui parviennent à voir sur le long terme. Entre les combinaisons de tirages pratiquement infinies et vos aptitudes à y lire des options différentes, vous avez largement de quoi renouveler le feeling de vos parties. 

N'hésitez pas à être bavards. Mettre des mots sur les événements est souvent une bonne chose pour transformer une expérience mécanique et matérielle en une expérience vivante et pleine de sens. Libertalia est de ces jeux qui rendent ce conseil particulièrement pertinent. La piraterie ne se conçoit par franchement dans le silence. Servir le thème de la sorte nourrira autant l'instant présent que les pistes de réflexion de chacun puisque les messages envoyés, aussi fourbes soient-ils, sont souvent porteurs d'information. De quoi plaire à ceux qui sont là pour l'ambiance comme à ceux qui maintiennent  un engagement stratégique tout au long de la partie.

Suivez vos envies. Le jeu vous dit de tirer une main aléatoire de personnages pour démarrer le premier voyage. Mais il ne vous dit qu'il n'y a pas de mal à venir bidouiller un peu ce tirage. C'est pourtant un conseil que je vous donnerais volontiers. Premièrement car il existe des possibilités de tirages assez pauvres en synergies, alors autant discuter entre vous de votre envie de conserver une sélection avant d'éventuellement vous autoriser à rebattre les cartes. Deuxièmement car vous aurez rapidement vos personnages chouchous, et d'autres pour lesquels vous n'aurez pas de franche affection (parce qu'ils engendrent une forme d'interaction qui vous déplait, ou parce que leurs effets vous parlent moins). Alors pourquoi ne pas les écarter dès l'ouverture de la boite ? La première édition de Libertalia comportait uniquement 30 personnages, soyez donc assurés que le jeu tourne parfaitement bien, y compris en lui retirant quelques unités. Vous pouvez même vous permettre d'établir des scenarii totalement prédéfinis pour vos débuts de parties (voir la dernière section de cet article, intitulée Comme au cinéma). 


Vous l'aurez compris, la réédition de Libertalia a été motivée par l'originalité dégagée par le concept initial de Paolo Mori. Un design un peu à part qui ne possède pas ou peu d'équivalent et qui constitue donc autant une aubaine pour ceux qui attendaient un retour en boutique, que pour ceux qui en entendent parler pour la première fois. La refonte de celui-ci est globalement une amélioration de la première version, sans réel débat possible à ce niveau. Seule la direction artistique pourrait éventuellement ne pas aller dans ce sens pour ceux qui regretteraient l'absence de sueur et de sang sur le travail graphique réalisé. Pour les autres, il est l'opportunité de rendre l'ambiance plus douce, plus accessible, plus familiale. Ce qui, pour un jeu qui semble s'adresser à un assez large public, est probablement une option pour le voir s'installer un peu plus durablement à compter d'aujourd'hui.



En musique

Lorsque la thématique s'y prête nous aimons vous proposer un accompagnement musical pour imprégner vos parties à venir. Libertalia était une bonne opportunité de renouveler l'expérience. Faisant couler l'or et l'alcool par-dessus bord, cette playlist concoctée pour l'occasion vous propose d'embarquer pour un voyage sans assurance vie. Bonne écoute et bon vent !



Comme au cinéma

Des pirates, de l'action, des situations qui se renouvellent fortement, Libertalia c'est aussi la possibilité de créer ses propres configurations. Avec pourquoi pas carrément un parfum de 7ème art. Pour refermer cet article d'une manière moins conventionnelle voici quelques affiches créées pour l'occasion et qui vous présentent des mains de départ scénarisées, avec du contexte, mais surtout des synergies bien ciblées. Nous les avons pensées pour assurer un maximum de choix, de tensions et de dilemmes. Il vous faudra bien sûr les compléter de sélections aléatoires pour les deuxième et troisième manches, mais ces points de départs donnent le ton et nous espérons qu'elles sauront vous offrir quelques moments savoureux. N'hésitez pas à vous en emparer et revenir nous faire part de vos expériences dans nos commentaires.



Dans ce scenario une bataille de placement fait rage. L'aristocratie est comme à son habitude privilégiée, mais ça se bouscule à tous les échelons et les plus haut rangs restent convoités. 



Chaque matin c'est la même histoire, tout semble calme, beaucoup trop calme. Mais à la tombée de la nuit des créatures agissent et tentent de mettre à profit leurs plans malfaisants afin de faire fortune loin des regards. 



Vous avez engagé un recruteur pour établir un plan parfait. Tout du moins sur le papier... Les jours passent et dévoilent progressivement l'identité du plus grand stratège des océans.

 


L'île regorge de tentations. Des pirates avides de possession ont prévu de retourner les environs de fond en comble et de n'y laisser que des miettes. Que la chasse au trésor commence !



Un voyage se prépare mais la mer est agitée et il sera difficile de conserver tout le monde à bord du navire. Qui reviendra sain et sauf ? 



Jeux de société liés à cet article

1 à 6 joueurs
A partir de 14 ans
Environ 60 minutes

Vos commentaires

Participez à la discussion

Par Ccardueliss le 28 Avril 2022

Super article de qualité comme toujours! Grâce à la rubrique "A qui cela pourrait ne pas plaire ?", je sais que ça ne rentrera pas dans les jeux qui me conviennent. Merci pour ton article Aurélien!